CHEVALIER VERONIQUE

Plasticienne 
 

 
 
 
          


 
     Née le 11 mars 1964 à Dijon, rien ne disposait Véronique Chevalier
à la sculpture, sinon un attrait pour les activités manuelles, et une certaine disposition.

 
C'est dans le domaine commerciale qu'elle évoluera pendant des années et sera victime d'un licenciement économique en février 2005, après avoir eu la responsabilité d'un stand de prêt à porter
 féminin au sein d'une grande enseigne.
Ne voulant pas rester inactive et voulant mettre en pratique tout ce qu'elle avait acquis, elle entreprit un projet de création d'entreprise : ouvrir une  Galerie d'Art sur Dijon, accessible à tous les budgets, afin de permettre à tous, l'acquisition d'une oeuvre :
" L'Art pour tous ". Et c'est en préparant son dossier, à la quête d'artistes, que son chemin s'est profilé..

En effet, elle fit la connaissance d'un sculpteur Suisse, fort sympathique et talentueux : Mr Dominique Humblot, au cours d'une exposition. Elle fut sans pouvoir se l'expliquer attirée par les oeuvres de l'artiste, influencées par ses nombreux voyages dont l'Afrique.
Une force invisible subsistait...
Elle qui pensait que les artistes étaient inaccessibles, elle fut surprise par la modestie, la simplicité et la gentillesse que dégageait cet homme.
Ce qui c'est passé durant cette rencontre est inexplicable, mais ce qui est certain c'est qu'elle restera inoubliable par son intensité.
Echange de connaissances et transmission de passion???

Elle décida donc de se mettre à modeler par curiosité à la fin de l'été 2006, mais déjà beaucoup d'interrogations surgirent en elle : Mais comment peut-on réaliser un visage en modelant de la terre? Et d'où vient cette inspiration?
Ses doigts prirent alors contact avec la glaise et depuis elle vit une réelle passion.
Une révèlation.
 
Sa première réalisation fut plutôt infantile mais très vite elle voulu aller plus loin et approfondir ses gestes.
Pour ce faire, elle prit quelques cours d'anatomie auprès d'une personne confirmée, et aujourd'hui met en pratique cette connaissance qu'on lui a transmise.
Encore une belle rencontre.

Aujourd'hui, Véronique Chevalier passe de nombreuses heures dans son atelier, aménagé avec soin par son mari qui partage cette passion. Mais pour elle le temps passe toujours trop vite, et les journées ne comptent pas assez d'heures.
Elle n'a pas poursuivi son projet de création d'entreprise, de part les loyers trop onéreux des locaux du centre ville de Dijon, mais travaille de nouveau dans le domaine commercial à mi-temps, lui permettant ainsi de subvenir aux besoins de cette passion qui l'anime.

Son rêve le plus cher serait de pouvoir vivre de cette passion, mais cela semble paraître inaccessible.

Pour elle,  les heures de sculpture sont des instants de grâce, des moments privilégiés.

A travers ses réalisations inspirées d'aucun modèle, elle voudrait
donner tout ce qu'elle a reçu.



 
 
D'un regard posé,
percevoir cette petite lueur,
cette âme qui subsiste,
et
toute cette passion qui émane
autour de ses créations.






Bonne visite à tous.

 



 







 



Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement